Site d’informations en ligne, sur Bagnères de Bigorre et le Pays de la Haute Bigorre
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Fédérale 1 (Poule 4) : Oloron vient s’imposer au stade Marcel-Cazenave

dimanche 9 décembre 2012 par Rédaction

A Bagnères (stade Marcel Cazenave) : mi-temps : 12 – 13. temps ensoleillé.pelouse grasse . 800 spectateurs environ.

Arbitre : Fabien Cartault (Périgord Agenais) assisté de Julien Carrère et Hervé Domengès (Armagnac Bigorre)

Pour Bagnères : 3 essais Maisuradze (10e), Bonnecarrère (24), Despiau (58e). 1 but de pénalité (66e), et 1 transformation de Mur .

• Pour Oloron : 2 essais Quintana (35e), et de pénalisation (75e) . 3 buts de pénalité (2e, 40e, 52e) et 2 transformations de Sére-Périgain.

Stade Bagnérais

Manse , Despiau, Schneider, Forgues Mur ; (o) Malaguradze, (m) Arnauné ; Bonnecarrère, Cossou, Gélédan ; Brua (cap) Bonan ; Szabo, Maisuradze, Martinet.

Remplaçants : Junca, Simon, Garcia, Pène, Arino, Dubarry, Assibat, Jourdan.
Entraîneurs : Christophe Dulong et Patrick Soubies.

F.C. Oloron
Sorreaux ; Slayki, Fourtine, Dies, Etchegoyen ; (o) Séré-Périgain, (m) Cruzalèbes ; Sallenave, Porte-Laborde, Lacave ; Mazières , Casassus ; Tomuli, Vitalla (cap.), Bérhabe.

Remplaçants : Monnier, Amans, Narvarte, Liébaut, Quintana, Labaigs, Cousté, Esserhane.

Entraîneurs : Stéphane Barbéréna et Jean-Paul Trille .

Les Béarnais avaient annoncé leurs intentions, mais se trouvèrent vite dépassés par l’animation du jeu bagnérais , au cours de la première demi-heure, avant de reprendre le match par le bon bout, celui des avants et de la mêlée.

Juste avant la pause, ils parvenaient à jouer avec succès derrière la dernière d’une série qui condamna Martinet et Maisuradze. Avec un but de Séré-Périgain, ils parvenaient même à virer en tête à la pause.

Même scénario en seconde période, quand le jeu déployé des Bigourdans portait encore ses fruits, (essai de Despiau), et avec une pénalité de Mur, les locaux semblaient se diriger vers un mince succès , lorsque leur mêlée leur coûta la victoire (essai de pénalisation).

Ils ne pouvaient plus qu’espérer arracher le nul, avec la pénalité accordée, en toute fin de rencontre, mais un poing vengeur, la fit se retourner contre eux.

Yves Bergantin