Site d’informations en ligne, sur Bagnères de Bigorre et le Pays de la Haute Bigorre

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 
 

Communiqué de presse de la Confédération paysanne

vendredi 26 janvier 2024 par Rédaction

Bagnères de Bigorre 25 janvier 2024

Les mobilisations d’agricultrices et agriculteurs en France et en Europe, sont le symptôme d’une crise profonde de la rémunération et de la reconnaissance des paysan.nes.

Les paysan.nes des Hautes-Pyrénées n’ont pas été épargnés par les difficultés ces derniers mois, MHE, menace de fermeture de l’abattoir de Bagnères-de-Bigorre, erreurs de calculs de cotisations de la MSA, mévente de miel, sans compter les innombrables difficultés que rencontre les maraichèr.es , les arboriculteurs et d’autres filières oubliées par la PAC et le ministère de l’agriculture.

La Confédération Paysanne 65 agit sur le terrain, encore et toujours, dans l’accompagnement des paysan.nes en difficulté, en se mobilisant au sein du collectif de sauvegarde de l’abattoir, pour la défense de nos filières impactées par une concurrence insoutenable, mais également dans un travail au long cours pour l’installation, la transmission des fermes ou l’accès au foncier.

Cette crise est la conséquence directe des politiques économiques ultralibérales menées depuis plusieurs décennies par l’Etat et l’Union Européenne, en cogestion avec la FNSEA au niveau national et le COPA-COGECA au niveau européen.

La Confédération paysanne souhaite que la colère dans nos campagnes soit enfin entendue et suivie d’effets sur la question du revenu agricole.

Nous demandons solennellement au Président de la République Emmanuel Macron deux mesures concrètes et immédiates :
 l’arrêt définitif des négociations de l’accord de libre-échange UE-Mercosur, un moratoire sur tous les autres accords commerciaux en négociation et un réexamen de tous les accords en vigueur, concernant la concurrence déloyale engendrée par cette politique de libre-échange, y compris au sein de l’Union Européenne.
 Une loi interdisant enfin l’achat de nos produits agricoles en-dessous de leur prix de revient. La loi espagnole sur les chaînes alimentaires est ainsi un exemple possible d’instauration de prix planchers.

Alors que la grogne s’accentue sur les territoires, nous mettons en garde contre deux mirages proposés aux agriculteurs.trices par le gouvernement et d’autres syndicats agricoles, mirages qui servent à cacher les réelles causes de cette situation :
Le mirage d’une "suppression des normes" qui résoudrait tous les problèmes. La réelle problématique est notre revenu paysan, pas l’existence de normes. Supprimer des normes s’inscrit dans la logique de compétitivité prônée par la FNSEA, celle-là même qui sert par la suite à justifier la poursuite du libre-échange et la mise en concurrence des paysan.nes du monde entier.

Le mirage d’un revenu complémentaire issu de la production d’énergies. La FNSEA négocie sans cesse pour récupérer des avantages sur les agrocarburants, la méthanisation et l’agrivoltaïsme - bien plus rente foncière que complément de revenu.

La Coordination Rurale, elle, y voit sans vergogne une rente potentielle pour les exploitants propriétaires, même si cela se fait au détriment de l’installation- transmission. Nous, Confédération paysanne, nous refusons d’abandonner le combat pour un revenu digne issu de notre activité agricole elle-même. Les effets pervers du développement de ces énergies sur les terres agricoles sont innombrables.

En parallèle, l’extrême-droite instrumentalise les difficultés des agricultrices et agriculteurs, en leur faisant croire à une solution protectionniste via un repli nationaliste et excluant. Pourtant, l’Histoire nous l’a démontré à maintes reprises, l’extrême-droite n’est pas du côté des travailleuses et travailleurs de la terre et de l’avancée des droits sociaux. Encore récemment, la majorité du groupe parlementaire d’extrême droite au Parlement Européen a voté favorablement l’accord de libre- échange entre l’UE et la Nouvelle-Zélande.

Face à ce constat, la Confédération paysanne continuera à être mobilisée pour le revenu paysan et la reconnaissance de notre métier, comme cela a été le cas sur les MAEC, la bio, l’élevage plein-air ou sur les secteurs en difficulté comme l’apiculture, l’élevage et les fruits et légumes.

Au regard de l’impasse actuelle et face à l’urgence sociale et écologique, continuons à être force de propositions pour sortir de ce constat d’échec et réorienter durablement le développement agricole pour des paysannes et paysans nombreux dans des campagnes vivantes.

Pas de pays sans paysannes et paysans nombreux et rémunérés !